Paroisse Saint-Hermas

4291, rue Lalande
Saint-Hermas, Mirabel QC  J7N 2Z4
Téléphone:  450-258-3454, Télécopieur:  450-258-2949


ZONE LACHUTE
Célébrations
Historique
Semainier
L'Équipe pastorale
Sacrements
Formation à la vie chrétienne
Les organismes
Activités
Cimetière
Réflexion du pasteur
Photos

 

Saint-Joseph
de Carillon

Célébrations
Historique
Fabrique
Activités
Photos

 

Saint-Hermas

Célébrations
Historique
Fabrique
Activités
Photos

 

 








Historique

Le territoire de la paroisse de Saint-Hermas est pris de la seigneurie du Lac-des-Deux-Montagnes. C'est un démembrement de la paroisse de Saint-Benoît.

Mgr Signay, évêque de Québec, avait reçu de son suffragant, Mgr Lartigue, une pétition demandant une paroisse pour les habitants des côtes Saint-Pierre et Saint-Hyacinthe. Mais ladite requête ne fut pas retrouvée. On en fit une seconde, sans doute, et le 12 mai 1834, le décret d'érection fut signé. Le 25 janvier 1835, les habitants intéressés firent à Saint-Benoît une réunion, autour de l'abbé Jean Olivier Giroux, et procédèrent à l'élection de trois marguilliers: Jean-Baptiste Corbeil pour la Côte Saint-Pierre, Philibert Cyr et Jean-Baptiste Raymond dit Labrosse. Ces élis allaient représenter près de 200 familles constituant le noyau initial de la paroisse.

Le premier presbytère fut construit entre 1838-1840 et le second, par le curé Calixte Ouimet (1900-1909)

Le site de l'égise fut l'objet de cabale entre les habitants des deux côtes. On finit par s'entendre sur le terrain d'Antoine Saumur dit Mars. Il semble que l'édifice en bois avait un clocher central à un lanterneau. En 1850, on refut les murs en pierre et construisit une façade avec deux tours latérales, comme c'était alors la mode, et pour imiter l'église de Saint-Eustache. Il ne semble pas y avoir d'architecte mais c'est l'entrepreneur J.B. Baulne qui y alla de son expérience. L'influence eustachienne est évidente, sans l'équilibre des masses. Ce temple fut bénit par le curé Jacques Paquin de Saint-Eustache le 17 novembre 1836. Après les transformations de 1851, le curé Poulin présida, le 3 novembre, à la bénédiction de l'église.