Paroisse Sainte-Trinité

354, rue Principale
Brownsburg-Chatham QC  J8G 2V7
Courrriel: psaintetrinite@gmail.com
Téléphone :  450-533-6314 - Télécopieur:  450-533-5471


Célébrations
Feuillet paroissial
L'équipe pastorale
Centre administratif
Conseil de fabrique
Dialogue pastoral
Formation à la
vie chrétienne
Les sacrements
Activités
Bénévolat
Liens utiles


Saint-Louis de France
Nos organismes
L'historique
Cimetière


Saint-Michel de Wentworth
Nos organismes
L'historique
Cimetière



Saint Philippe
Nos organismes
L'historique
Cimetière

 

 

 

 

 

 

 








Historique Saint-Louis-de-France

Qui est Saint Louis (1215 - 1270)

 

Ayant perdu son père, Louis VIII, en 1226, saint Louis fut sacré roi de France à onze ans, sous le nom de Louis IX. Jusqu'en 1234 où il devint majeur et épousa Marguerite de Provence, sa mère Blanche de Castille exerça la régence. Sa femme lui donna six fils et cinq filles. La première partie de son règne fut marquée par la révolte de certains vassaux qu'aidaient les Anglais; il les battit les uns et les autres, en 1242, à Taillebourg et à Saintes.

 

Tombé malade et ayant promis, s'il guérissait, de se croiser, saint Louis s'embarqua à Aigues-Mortes en 1246, aborda en Égypte, prit Damiette, combattit héroïquement à Mansourah, puis tomba aux mains des infidèles. Il rendit Damiette pour sa rançon, visita les lieux saints et s'occupa de réparer les places de Syrie qui restaient aux chrétiens. Il rentra en France en 1254. Entre-temps, sa mère Blanche, une deuxième fois régente, était morte, après avoir réprimé la révolte des Pastoureaux: c'était une prétendue croisade de bergers et de pâtres qui voulaient aller délivrer le roi en Palestine et, en attendant, commettaient en France des brigandages et des crimes.

 

 

Saint Louis mit à profit les seize années suivantes pour assurer la paix intérieure et extérieure de son royanume. Il supprima les guerres privées et les combats judiciaires, détruisit ce qui restait de Vaudois et d'Albigeois, édicta des lois admirables, ranima le commerce, rendit lui-même la justice à l'occasion, fonda l'hôpital des Quinze-Vingts pour les aveugles, bâtit la Sainte-Chapelle, commença la construction de la Sorbonne, se montra tellement bon, pieux, sage et désintéressé qu'aux yeux de tous il passa pour saint de son vivant. Ne vit-on pas le pape Grégoire IX et Frédéric II le choisir comme arbitre, et de même Henri III d'Angleterre et ses barons? Les deux principaux traités qu'il signa furent celui de Corbeil en 1258 et celui d'Abbeville l'année suivante; le premier cédait au roi d'Aragon la Catalogne, le Roussillon, la Cerdagne en échange du Languedoc; le deuxième abandonnait au roi d'Angleterre le Limousin, l'Agenois, le Périgord, le Quercy en échange de la Normandie, du Maine, de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou.
Le saint roi mourut, en 1270, en vue de Tunis où il était allé combattre une nouvelle fois les infidèles; son fils Philippe le Hardi rapporta ses restes en France et ils furent inhumés à Saint- Denis.
L'Histoire a donné aux expéditions africaines de saint Louis les noms de septième et huitième Croisades.

Nous fêtons St-Louis de France le 25 août.

Pour plus d'histoire sur St-Louis cliquez sur ce lien

http://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_IX_de_France

 

L'ÉGLISE SAINT-LOUIS DE FRANCE EN QUELQUES MOTS

L'église St-Louis-de-France de Brownsburg a été bâtie en deux étapes:
La construction primitive en 1927 et l'église restaurée et agrandie en 1950.
L'architecte aux deux occasions était Alfred Potvin.
Hauteur du grand clocher: 116 pieds Longueur de la nef: 94 pieds
Hauteur de la nef: 32 pieds
À peu près 625 places à l'origine.
L'église a subi plusieurs changements qui en ont fait un lieu qui invite au recueillement, mais l'église n'accuse aucun style particulier.
Elle est solidement bâtie sur le roc. Les murs extérieurs sont en briques tandis que les murs intérieurs sont recouverts d'un revêtement cartonné et peint. Le sous-sol a été rénové au début des années 2010 et offre une belle salle pour y tenir des activités ou des repas.

La Branche Culturelle de Brownsburg-Chatham loue et occupe le jubé depuis le mois d'août 2014 et propose des activités, des expositions et des spectacles à l'intérieur de l'église tout au long de l'année.

 

 

Depuis le début des registres de la paroisse, le 4 octobre 1908 jusqu'à la fin de 1996, 3976 enfants ont été baptisés, 1444 mariages ont été bénis et 1187 services de funérailles ont été célébrés.

 

HISTORIQUE DE LA PAROISSE SAINT-LOUIS DE FRANCE

 

Au printemps de 1906, les catholiques de Brownsburg demandèrent au curé de Saint-Philippe, M. L.P. Montour de bien vouloir desservir la population à Brownsburg. Le curé Montour acquiesça à leur désir, avec toutefois l'autorisation de Mgr Duhamel, Évêque d'Ottawa.

On fit une souscription qui rapporta $614.29 dans le but de bâtir une bâtisse qui servirait à la fois de chapelle et d'école dans le village. Un terrain mesurant 140 x 200 pieds a été donné par M. Hormidas Pilon. Les travaux de cette construction furent confiés à M. J. Quenneville. Commencée dans les premiers jours du mois d'août 1906, la bâtisse fut terminée juste à temps pour l'ouverture de la classe le 15 septembre 1906 avec Mlle Prégent comme institutrice. La bâtisse a coûté $1,305.50 . Elle mesurait 65 x 30 pieds. La nef séparée du sanctuaire par un rideau servit d'école paroissiale durant six ans jusqu'à l'arrivée du curé Bouchard en 1912 qui fit construire la première école.

Le 18 novembre 1906 a eu lieu la première messe et l'ouverture de la mission; la messe fut chantée par M. le curé Montour de Saint-Philippe accompagnés à Brownsburg des chantres de Saint-Philippe. Par la suite, la messe fut célébrée à Brownsburg trois dimanches par mois, le quatrième dimanche étant consacré à la mission de Saint-Michel de Wentworth.

Le 18 août 1907 eut lieu la bénédiction de la cloche par Mgr J.O. Routhier, vicaire général du diocèse d'Ottawa. C'est M. le curé Leclerc de Chute-à-Blondeau qui fit le sermon de circonstance. La chapelle était magnifiquement décorée. Sur le grand mât en face de la chapelle claquait à la brise un superbe drapeau canadien-français: le drapeau de Carillon aux armes du Sacré-Coeur. On estima à plus de cinq cent le nombre de personnes qui ont assisté à la fête.

Le 1er juillet 1908, lors de la première visite de Mgr. Duhamel à Saint-Louis de Brownsburg, les résidents catholiques en profitèrent pour demander un curé résidant à Brownsburg. Le 1er octobre, Mgr Duhamel nomma M. l'abbé J.L. Pilon, premier curé de Saint-Louis de Brownsburg. Il céda sa place au curé J. P. Cadieux en 1911 qui fut remplacé l'année suivante par le curé Vitalis Bouchard.

En 1915, le 12 mars, on attribua le contrat pour la construction du presbytère au montant de $4,400 à Siméon Lacoste de Saint-Colomban associé de Edouard Gascon de Sainte-Rose. La paroisse en prit possession le 2 août 1915.

La population étant passée de 84 familles en 1912 à 140 familles en 1915, l'abbé Bouchard obtint de Mgr Gauthier, le 18 juillet 1915, l'autorisation de donner deux messes le dimanche à Brownsburg. Il y avait ainsi deux messes tous les dimanches et fêtes d'obligation; une messe basse à 7h30 et la grand'messe régulière à 9h30. On passa à trois messes à partir du dimanche 12 novembre 1916.

Au mois de juin 1916, la paroisse achète et défriche un terrain pour établir un cimetière sur le chemin de la carrière. Jusqu'à cette date, les défunts devaient être transportés et enterrés dans le cimetière de Saint-Philippe.

Presbytère de 15 appartements

Le cimetière sous la neige

Il y a 73 lots de familles en plus des fosses communes.

 

Le 8 septembre 1916, trois syndics d'église ont été choisis par le curé Bouchard parmi les anciens de la paroisse-mission, pour aider celui-ci au nom des paroissiens dans les oeuvres de la fabrique. Ce furent Messieurs Joseph Lacasse, Joseph Lefebvre et Procul Lépine.

La paroisse de Brownsburg (qui était jusqu'ici une mission) a été érigée canoniquement le 22 juillet 1920 sous le titulaire de Saint-Louis-de-France. La paroisse comptait alors 145 familles et 855 âmes. La première élection de trois marguilliers pour la paroisse Saint-Louis-de-France a été faite le 7 novembre 1920 par assemblée des francs tenanciers. Les premiers marguilliers élus furent M. Hormidas Pilon, M. Jean-Baptiste Raymond et M. Hector Pariseau. L'érection civile de la paroisse a été décrétée par le gouveneur général en conseil le 29 janvier 1921.

Les révérendes soeurs de Sainte-Croix et des Sept Douleurs, à la demande du curé Bouchard et des syndics d'école de la paroisse, ont pris charge de l'école paroissiale à l'ouverture des classes en septembre 1922. La Révérende Mère Générale Marie de Sainte-Clotilde de Saint-Laurent près de Montréal a bien voulu accéder à la demande du curé Bouchard après avoir obtenu l'autorisation de Mgr l'archevêque d'Ottawa pour l'entrée des soeurs de Sainte-Croix dans le diocèse d'Ottawa. La première supérieure fut Soeur Marie de Sainte-Martine.

Le 6 mars 1924, une résolution de la fabrique autorise la paroisse à acquérir un terrain avoisinant l'église actuelle mesurant 73 x 150 pieds et appartenant à M. Omer Legault au prix de $1,300 en vue de la construction d'une nouvelle église.

Cette même année, le 21 juillet, les dépendances du presbytère passèrent au feu causant aussi des dégats à une partie du presbytère. Cet incendie coûta $750 à la fabrique parce que les hangars qui avaient brûlés n'étaient malheureusement pas inclus dans le contrat d'assurance, à la surprise des marguilliers et du curé.

Construction d'une nouvelle église

1926: L'église actuelle est dans un état vétuste au point qu'il serait difficile de la réparer et est maintenant devenue trop petite pour contenir les paroissiens qui s'y rendent tous les jours.Le curé Bouchard présente une requête à Mgr l'archevêque d'Ottawa, le 15 novembre 1926, pour obtenir la permission de construire une nouvelle église. L'archevêque acquiesce à cette requête et les plans de la nouvelle église seront préparés par l'architecte Alfred Potvin de Montréal. Une partie de terrain de 15 x 18 pieds situé à l'arrière appartenant à M. Joseph Legault est achetée par la paroisse pour agrandir la devanture de l'église.

Le contrat de construction selon les plans et devis vus et acceptés par le diocèse a été attribué à l'entrepreneur Adélard Paquette de St-Hugues le 20 mai 1927 au prix de $30,000. Les travaux devront être terminés pour le 15 novembre 1927.

L'ancienne église fut déplacée un peu plus loin et servira de salle paroissiale.M. William Pettey fit don d'un piano le 17 juillet 1927 pour la salle paroissiale.

Le 31 juillet 1927 à 3 heures P.M., on procède à la cérémonie de bénédiction de la pierre angulaire de la nouvelle église par le chanoine Joseph Gascon, curé de Hawkesbury délégué par Mgr Joseph Charbonneau, vicaire capitulaire de l'archidiocèse d'ottawa. Le sermon de circonstance fut dit par M. l'abbé Joseph Leclerc, curé des Chutes-à-Blondeau. Les documents de circonstance ont été déposés dans la cavité de la pierre angulaire qui fut donnée par "Goulet & Marchessault" de Montréal.

La nouvelle église en briques, d'une longueur de 128 pieds et d'une largeur de 53 pieds, fut inaugurée le 25 décembre 1927 à la messe de minuit. C'est le Révérend Père Lirette de Papineauville qui chanta la première messe.

Le 20 mai 1928, l'archevêque d'Ottawa, Mgr Guillaume Fabres, a béni sollennellemnt l'église de la paroisse Saint-Louis de France de Brownsburg. La bénédiction fut suivie de la messe pontificale où le Révérend Père Prudhomme prêcha. Cette même journée, on procéda à la bénédiction de la nouvelle cloche qui pèse 1,450 livres et donne le son Sol. Elle fut baptisé du nom de Saint-Louis, patron de la paroisse.

Le 20 mai 1941, il fut décidé de construire, à même ce qui primitivement était l'écurie, un logis de deux étages pour le bedeau. Le coût de cette transformation a coûté $1,390.73. Le bedeau ne paie pas de loyer mais doit quitter le logis lorsqu'il cesse ses fonctions de bedeau.

La paroisse fit l'acquisition d'un orgue neuf de la maison Casavant & Frères de Saint-Hiacynthe au prix de $2,500 grâce à des souscriptions et des dons de paroissiens qui donnèrent $2,200. La balance de $300 fut payée par la fabrique. Cet orgue fut installé par Messieurs Richard et Chagnon. Les plans furent préparés par M. Chaplais de la maison Casavant & Frères. L'inauguration eut lieu à la messe de minuit de Noël 1941. La bénédiction en fut donnée le dimanche 15 mars 1942.

En 1941, on contruisit aussi une nouvelle école pour les garçons. En juin 1944, on reconstruisit le couvent des soeurs de Sainte-Croix qui avait passé au feu en janvier. Le couvent fut reconstruit au prix de $100,000 et le logement des religieuses était attenant au couvent. La prise de possession du nouveau couvent eut lieu en décembre 1944.

En mai 1945, on remplaça le système de chauffage à air chaud par un système de chauffage à l'eau chaude dans l'église. Les mêmes travaux avaient été effectués au presbytère quelques années auparavant. Les travaux pour le remplacement du système de chauffage dans l'église coûtèrent $3,774.17 et c'est M. Joseph Leroux, plombier de Brownsburg qui en obtint le contrat d'installation. Les travaux furent complétés le 12 août 1945.

Un système de haut-parleurs et microphones fut installé dans l'église en février 1948 au coût total de $400. Au 31 décembre 1948, la paroisse Saint-Louis de France n'avait aucune dette et avait un solde en banque de $8,631.59

L'année suivante, Les Révérends Frères du Sacré-Coeur sont arrivés à Brownsburg le 1er septembre 1949 pour prendre charge de l'école Bouchard.

Agrandissement de l'église

En 1949, il fut décidé de procéder à l'agrandissement de l'intérieur de l'église et de la rénovation des clochers pour y ajouter deux nouvelles cloches.. Le clocher du centre sera haussé de 27 pieds et 7 pouces tandis que les deux clochers de chaque côté seront haussés de 24 pieds et 4 pouces.

Les plans et devis de l'architecte Alfred Potin de Montréal (le même architecte qui avait conçu les plans et devis pour la construction de l'église en 1927) furent approuvés par le comité diocésain de contruction en mai 1949 .Le comité limita la dette d'emprunt de la construction à $25,000.

Tous les travaux furent exécutés par M. Eugène Provost de Lachute avec l'aide de ses quatres garçons. Les travaux durèrent neuf mois et demi soit de mai 1949 au 15 janvier 1950. Les travaux coûtèrent $46,574.34 pour l'église seulement. La première messe chantée fut la messe de minuit de Noêl 1949. La sainte messe a pu être célébrée sur semaine le dimanche à partir du 22 janvier 1950.

Au printemps de 1950 furent exécutés les travaux des trois clochers qui causèrent une autre dépense de $15,076. Les travaux furent attribués à Louis Houle et Frères de Montréal qui démontèrent les anciens clochers et construisirent les trois nouveaux clochers. Les clochers furent terminés le 10 juin 1950.

suite à venir...

 

LE TROISIEME CURÉ DE BROWNSBURG: VITALIS BOUCHARD


MONSIEUR LE CURE VITALIS BOUCHARD,
devant l'église-école,
vers 1915

 

1912 marque une nouvelle étape dans le développement de la paroisse Saint-Louis-de-France. C'est le 25 août de cette année que la Providence désignait le jeune abbé Vitalis Bouchard comme successeur de M. le curé J.-P. Cadieux, récemment nommé curé ailleurs. Le curé Bouchard devenait ainsi le troisième curé de la paroisse. Ordonné prêtre le 21 décembre 1907, notre nouveau curé avait acquis durant ses deux derrnières années passées aux États-Unis, l'expérience nécessaire et indispensable pour conduire à bien l'oeuvre que Son Excellence Mgr Ch. Hugues Gauthier lui confiait.

Il commença son oeuvre ici le 25 août 1912. À son arrivée, la dette de la paroisse était de $2,500 et pour toute construction, la petite chapelle édifiée en 1906. Notre jeune curé s'attira bien vite la sympathie de la population et servit la population de Brownsburg jusqu'en 1954.

 

 

L'ÉGLISE SAINT-LOUIS-DE-FRANCE EN 1990

 











  

 
.